<br />
<b>Notice</b>:  Undefined variable: slidescaption1 in <b>/home/gymrolle/public_html/joomla/templates/meembo-red/index.php</b> on line <b>137</b><br />

 

Médaillé puis blessé, Maxime Baudraz a vécu un week-end contrasté

par Romain Bory
10.09.19, 07:00

Médaillé d’argent sur 100 m lors des Championnats suisses M20, samedi, le sociétaire de Gym Rolle s’est blessé le lendemain sur le demi-tour de piste. Mais ses chronos sur le tartan zurichois confirment sa folle progression.

À 19 ans, Maxime Baudraz est un homme pressé. Il faut dire que l’athlète est arrivé sur le tard dans le monde de l’athlétisme. Mais en un an de pratique, le sprinter rollois s’est déjà révélé aux yeux de tous lors des Championnats suisses élites avec sa cinquième place sur 100 m il y a deux semaines, avant de confirmer tout son potentiel dans la catégorie des moins de 20 ans, ce week-end, du côté de Winterthour.
Pas impressionné par les meilleurs espoirs du pays, il a signé dès les demi-finales son chrono de référence sur la discipline reine en 10’’85. «Je me suis bien senti, je savais que j’étais en grande forme, relève le citoyen de Saint-Saphorin-sur-Morges. Mais je n’étais pas encore à fond, alors quand j’ai vu mon chrono, je savais que je pouvais envoyer encore plus.» Ce fut chose faite en finale où, là aussi, le jeune sprinter améliora son temps pour signer un superbe 10’’69.

Je me réjouis de voir ce que ça va donner avec une préparation physique complète l’an prochain.
MAXIME BAUDRAZ MEMBRE DE GYM ROLLE
Seul athlète à le surpasser? L’impressionnant Ricky Petrucciani, qui possède déjà une solide expérience et, notamment, une médaille de bronze aux Championnats d’Europe M20 sur 400 m. «L’objectif en venant ici était de finir deuxième, analyse Maxime Baudraz. À moins d’une erreur de sa part, je savais qu’il était hors d’atteinte. Mais j’espère aller le chercher dans quelques années, je pense que j’ai encore une belle marge de progression.»
BLESSÉ, MAIS HEUREUX
Et pour cause, Maxime Baudraz vient seulement de boucler sa première saison d’athlétisme. Et encore, il a vécu une année tronquée par une blessure aux ischios. Une déchirure qui s’est réveillée dimanche, juste avant de prendre part au 200 m de ces Championnats suisses espoirs. «J’ai senti un petit truc pendant l’échauffement mais je me suis quand même lancé, détaille Maxime Baudraz, qui a dû abandonner à la sortie du virage. Désormais, je vais prendre le temps de bien me rétablir et revenir en forme pour la prochaine saison.»
Car pour le sociétaire de Gym Rolle, cette première année à tutoyer les meilleurs sprinters du pays n’est qu’un amuse-bouche et l’avenir s’annonce radieux. «Je ne pensais pas être aussi rapide dès cette saison. Je me réjouis de voir ce que ça va donner avec une préparation physique complète l’an prochain», glisse-t-il.
Malgré sa petite blessure, Maxime Baudraz repart de Winterthour avec le sourire et une belle certitude chronométrique. Car avec ses 10’’69, le Rollois aurait eu les minima pour disputer les Championnats d’Europe M20 à Boras, qui ont eu lieu en juillet. Ce n’est que partie remise. Le sprinter vise désormais Bergen, en Norvège, lieu des prochains championnats continentaux (M23), en 2021.


 


 

Un an d’athlétisme et déjà parmi l’élite du sprint helvétique

Premium
Maxime Baudraz s’entraîne cinq à six fois par semaine, la plupart du temps à Rolle.

 

District de Morges Vendredi, aux Championnats suisses d’athlétisme de Bâle, Maxime Baudraz a terminé cinquième du 100 m en 10''87. Un véritable exploit pour l’habitant de Saint-Saphorin-sur-Morges, qui a commencé l’athlétisme il y a moins d’une année.

«J’ai commencé l’athlétisme il y a tout juste un an et je reste un junior, alors participer aux finales de ces Championnats suisses élites et finir cinquième, c’est juste énorme!» Quelques jours après son exploit sur 100 m à Bâle (10’’87), Maxime Baudraz est encore sur son petit nuage. À 19 ans, l’athlète de Gym Rolle n’a pas raté son premier rendez-vous avec l’élite.

«Avant la compétition, je m’étais dit qu’avec une demi-finale, je serais déjà super-content, j’y allais surtout pour prendre du plaisir. Franchement, je n’avais même pas forcément envie de courir avec Alex Wilson. Je me disais que je n’allais pas le voir de la course, il va tellement vite», se marre le gymnasien morgien. S’il n’a, effectivement, pas pu rivaliser avec le meilleur sprinter du pays, il a fait mieux que se défendre face au reste de la meute.

 

Une progression fulgurante

Cette performance est d’autant plus belle lorsque l’on sait que le jeune athlète n’a fait le pas dans le monde de l’athlétisme qu’en octobre de l’année dernière. «Avant, j’ai joué pendant une dizaine d’années au foot à Echichens. Je n’étais pas hyperdoué avec mes pieds, mais j’avais la vitesse, détaille-t-il. Mais au bout d’un moment, je ne prenais plus trop de plaisir sur les terrains.» Il décida alors de rejoindre son père, qui venait de reprendre la section d’athlétisme de Gym Rolle.

C’était déjà super d’être en demi-finale, alors quand j’ai atteint la finale, c’était juste énorme.
Maxime Baudraz sprinter de Gym Rolle

Le point de départ d’une aventure qui s’annonce d’ores et déjà prometteuse, à l’image de sa progression. Le 4 mai, à Sion, il réalise pour sa première sortie les minima pour les Championnats suisses (11’’16), avant de se déchirer partiellement l’ischio une semaine après. Sa saison d’été est tronquée. Il revient début août, améliore encore son chrono, puis se fait connaître aux yeux de tous lors de ces Championnats suisses.

«La semaine avant, je me sentais bien. Je pensais que je pouvais aller encore plus vite, relève-t-il. De toute manière, je devais courir à fond dès les séries. Je ne pouvais pas calculer comme d’autres peuvent se le permettre. Et dès les séries, j’ai fait un bon chrono, qui m’a permis de me qualifier au temps.» Avec ses 10’’91, il réalise même le sixième chrono des 42 engagés. De bon augure pour la suite.

«Des sensations super-cool»

«C’était déjà super d’être en demi-finale, alors quand j’ai atteint la finale, c’était juste énorme, lâche Maxime Baudraz. Une fois dans les blocs, le stress s’envole et on n’a plus le temps de se poser de questions.» En finale, après avoir avalé les 100 m de la piste bâloise en 10’’87, il finit cinquième, à 22 centièmes seulement du podium. «Mais je n’ai absolument aucun regret. Je découvrais le monde des élites et c’était des sensations super-cool.»

Après seulement dix mois dans la discipline, l’habitant de Saint-Saphorin-sur-Morges a encore une marge de progression importante. «Surtout sur le 200 m, où j’ai plus de travail, reconnaît le sprinter, le regard déjà tourné vers la suite. Mon objectif est d’atteindre les cadres de l’équipe suisse et participer à des courses européennes.» Avant cela, il aura l’occasion de confirmer tout son talent lors des Championnats suisses juniors, dans dix jours, du côté de Winterthour.


 

Information importante

La broche prévue le 31 août prochain est annulée 


 

Marche de l'Ascension 2019

 

Aujourd’hui,  j’ai participé à ma première « marche » ( je mets marche entre guillemets car je n’ai pas 

réellement marcher, maman a tout fait) de l’Ascension avec la Gym Rolle.

J’ai retrouvé tous les copains à la place des Tilleuls à 8h30. Beaucoup de gens étaient là mais certains

 avaient un peu de retard. Ce n’est pas grave (comme dirait Timéo) la bonne humeur était au 

rendez-vous et nous avons attendu les retardataires endiscutant et pour ma part j’ai fait quelque 

sourires et gouzigougzi à tout le monde (ils trouvent cela tellement mignon, je ne peux pas les décevoir)

Puis Jean-Daniel, le chef de la marche, nous a annoncé que nous irons dans le noooooord, 

à la Vallée de Joux, plus précisément à la Rocheray. Nous avons tous pris notre voiture et en route 

la Gym Rolle! Les virages passant je me suis un peu assoupie…( et oui ça fatigue de faire la belle).

Tout d’un coup, une mélodie assez conséquente m’a réveillée ! Sur la route, nous avons assisté  à un 

spectacle très helvétique ! L’inalpe !
Toutes ces belles vaches qui, accompagnées par leurs maîtres, remontaient à l’alpage afin d’être au 

frais pour l’été ! Comme elles avaient de l’allure !  Après les avoir laissées passer 

( nous n’avions pas trop le choix à vrai dire…) nous avons repris la route.Dans ma voiture, c’est 

Charles qui faisait office de GPS. Vous savez GPS c’est aussi un métier, pas tout le monde peut le faire…

Tout ça pour dire que nous n’avons pas pris le bon chemin et que tout le monde nous a attendu. 

Ce n’est pas grave, car nous avons profité du détour pour admirer les beaux paysages au bord du lac.

En arrivant, j’ai fait encore quelques sourires pour excuser notre retard et maman m’a chargé sur son dos. 

Et en route, sous les ordres de Jean-Da !
Nous avons commencé notre ballade dans la forêt. Pendant que les adultes discutaient, les enfants 

couraient et Luc, tiré par son chien Aico, criait ( il a hurlé tout le temps en fait ! Il paraît que 

c’est souvent comme ça d’après son amoureuse, alors je n’ai rien dit ). L’heure à deux chiffres 

étant passée certains ont débouché (oui, j’ai tout vu depuis ma hotte) 

Et moi, j’ai profité de cette balade forestière pour discuter avec les trolls et les fées de ces bois ! 

La météo était idéale !


Nous avons ensuite retrouvé les rives du lac que nous avons longées jusqu’à notre place de pique-nique. Trop la classe, il y a une place de jeu !!!! Mais les adultes avaient besoin d’un feu pour faire 

griller leurs saucisses (pff…. ils ne peuvent pas s’organiser comme moi, et avoir leur nourriture toute prête ?!) 

Bref ! Nous avons trouvé une petite place dans le camping sauvage de Jean-lou (maître des lieux). 

Les enfants plus grands que moi étaient heureux car il y avait un gros trampoline ! Les grandes 

personnes ont allumé leur feu et maman m’a donné à manger. Il était temps ! Tout le monde a trouvé son bonheur ! Cela dit le cadre était tellement chouette, qu’il fallait vraiment être 

difficile pour ne pas l’apprécier ! Pendant que tout le monde mangeait tranquillement

 (enfin pas tous … car Luc n’arrêtait pas d’embêter Timéo avec son bâton, du coup ils étaient deux à hurler !) 

j’ai pu profiter pour faire un peu de balançoire avec ma copine Marjo.

Une fois les ventres bien pleins, les jambes détendues et un café avalé pour certains, nous 

avons repris la route. Toutes ces émotions ont fait que j’étais bien fatiguée et donc je me suis octroyée 

une petite sieste accompagnéedes dandinements de maman. Elle m’a raconté que nous avons à nouveau 

longé le lac, en passant sur une passerelle en bois. Que tout le monde était de bonne humeur, 

les grands discutaient, les petits couraient et Luc hurlait toujours mais je dormais bien alors je ne l’ai pas entendu).

Nous sommes arrivés aux voitures et les adultes en ont profité à nouveau pour boire. Maman me dit toujours 

que c’est important de boire, j’ai constaté que les grands aussi font attention à ça.

J’ai pu jouer encore un moment avec mes coupains et ensuite nous avons repris la voiture afin 

de retrouver notre grand lac.  J’ai adoré cette journée ! Un grand merci à la Gym Homme pour cette belle balade,

et un merci à tous pour ces beaux souvenirs !
Vivement l’an prochain ! (Je pourrai probablement faire la marche pour de vrai cette fois !)

Aiyana


 

 

 

Nous sommes allés à Lausanne samedi au meeting d’ouverture du Stade Lausanne avec trois

filles. C’était leur tout premier meeting swissathlétics.

En phase de test pour déterminer quelles seront leurs épreuves de prédilection ,

Camille a couru un bon 600m en 1’58’95 (distance un peu courte pour elle) alors que Lisa finissait

elle en 2’11’82

Anna participait au saut en longueur. Avec un bond à 3m62, elle bat son record de cet hiver de 40 cm

Bravo à elles

 

 



 


 

Nous nous sommes déplacés à 12 samedi passé pour la Journée qualificative d’athlétisme

ACVG à Morges. Cela n’a pas été évident d’entourer 6 groupes sur 3 sites de concours différents :

Un grand merci à nos aides et notre juge familiaux.

Sportivement parlant, la plupart de nos athlètes ont changé de catégorie cette année et se

retrouvent dans les petits. Nous rentrons avec une qualification pour la finale vaudoise

pour Camille. Lisa n’est pas loin d’une qualification ni d’une distinction. Léna, Charlotte

et Sarah ont fêté leur baptême du feu avec leur première compétition à ce niveau.

Chez les garçons, malgré des soucis au saut en longueur , les performances étaient dans les

attentes avec une mention à Mathieu qui s’en sort le mieux. Alexandre a eu des soucis de

respiration.

Maxime a rempli avec mention sa mission de remporter la catégorie des juniors avec un nouveau record
personnel en saut en longueur  à 6m39. Bravo à tous

 

4 kilomètres de Lausanne 2019

Nous avions inscrit 8 athlètes pour les courses en catégories du matin.

Si le voyage d’études de certains a pesé sur les performances, un grand bravo à

tous.

Avec une 24ème place, Camille réussit le meilleur résultat du groupe.

Un bravo spécial à Sarah pour sa première compétition avec nous.

 

 

 

 


 

Meeting d'ouverture Sion, le samedi 4 mai 2019

A peine notre dernière coureuse des 4km de Lausanne franchissait la ligne d’arrivée que nous filions

à Sion pour l’ouverture de la saison de Maxime.

Avec des températures presque hivernales et un vent de face (-0.8), il franchissait la ligne du 100m

en 3ème position en 11’16, minimas pour les championnats suisses séniors et U20 dans la poche.

Seul lui était un peu déçu de son temps mais c’est de très bonne augure pour la suite de la saison.

Il poursuivait par un très bon test sur 300m en gagnant sa série dans un bon 36’51.